Transe entre ciel et terre

Ni le ciel ni la terre. Film de Clément Cogitore. Ni le ciel, ni la terre, mais des corps plantés entre ciel et terre.

492223

 

Afghanistan. Un camp français, des soldats qui disparaissent. Ils ne sont pas tués, ni kidnappés ; ils s’évaporent. Les habitants disent que c’est Allah qui reprend ses créations. Voilà pour l’histoire.

Des caméras thermiques montrent les corps se mouvoir une nuit sableuse. Des jumelles, des caméras,  tous les dispositifs sont mis en place pour retrouver les soldats disparus.

La représentation des militaires, peaux brûlées par le soleil, salies par des couches de poussières, sueur, cachée sous des treillis ou révélée par des séances de musculation. Les corps sont tangibles, vivants, mais ils disparaissent comme une eau s’évapore.

La question des pourquoi ne sera pas résolue et c’est bien là que réside la force du film.

812642-nilecielnilaterre-photo-6-kazak-productions

La parole devient mensonge. Il ne faut pas dire son incapacité à résoudre les disparitions, cette impuissance face à l’inexplicable. La communication avec le monde extérieur est coupée. Emportement, paranoïa, croyance, chacun réagit face aux événements par ses propres moyens d’expression. Le capitaine, joué par Jérémie Rénier, renforce sa direction, sa colère et sa nervosité. Un jeune soldat voit une vindicative divine, une contre-création qui dépeuple le monde. Il saisit un iguane albinos, comme si l’humain n’était plus apte au réconfort.

Un autre soldat se met torse nu, la tête dans des enceintes qui projettent une musique electroïde violente. On le voit de dos, un oeil tatoué sur chaque omoplate. Bondissant sur les infrabasses, corps noué, en transe. Musique et tatouage, musique et incarnation apparaissent comme une réponse à l’angoisse. L’extériorisation, la surface, l’extérieur qui innerve par inter-pénétration. La musique de source externe, tout comme l’encre. Mais aussi une façon de se sentir vivant et de lutter contre l’angoisse. Traditionnellement (dans le tatouage japonais, que l’on retrouve exemplifié en littérature chez Tanizaki et Kanehara), les yeux sont le passage final et décisif du tatouage, celui qui l’anime, lui donne vie. Le tatouage n’advient qu’à partir de ce détail d’achèvement qui lui fait prendre vie.

Regard d’encre, oeil noir encastré dans la chair. Animation d’un corps qui ploie par une contrainte externe. Qui ploie, et qui se dé-ploie.


2 réflexions au sujet de « Transe entre ciel et terre »

    1. Merci ! Durant la même période de sortie courant 2015, il y a également Maryland, d’Alice Winocour, qui joue sur une angoisse sourde, si cela vous intéresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *