L’interdiction du tatouage en Corée du Sud

Excepté les médecins, personne ne peut exercer le tatouage en Corée du Sud. Seuls les  diplômés de médecine ont accès à l’autorisation des aiguilles et de l’encre, le tatouage étant considéré comme une pratique chirurgicale.

Autant dire que les personnes en possession d’un tel diplôme ne se tournent pas vers une carrière de modification corporelle. Les prétextes des autorités ? Le risque de transmission du HIV ou de l’hépatite par des aiguilles mal stérilisées. Le tatouage est donc considéré comme une procédure médicale qui perce la peau. Le tatouage détruit le corps. Prétexte d’exclusion scolaire ou familiale, le tatouage se fait ultra-stigmatisant.

Le tatouage doit donc trouver des failles dans lesquelles se glisser : les salons y existent, installés dans les sous-sols.

Grace Neutral est une tatoueuse, elle-même mucie de multiples tatouages, d’yeux métamorphosés, colorés en indigo, aux oreilles redécoupées de façon elfiques, à la langue sciée et au nombril inexistant . Elle s’est rendu en Corée du Sud pour y rencontrer tatoueurs et tatoués :

Dans une seconde partie, Grace Neutral explore l’industrie des cosmétiques. La K-beauty, modèle de beauté pris sur la K-pop, a pris une place tellement importante qu’elle est devenue un mode de vie et de consommation : les coréens, hommes et femmes, passent environ deux heures par jour à se maquiller, utilisant plus d’une quinzaine de produits différents. La chirurgie esthétique est un passage obligé, auquel les jeunes coréens se confrontent dès leur entrée à l’université.

On pourrait se dire qu’au fond, c’est la même énergie et la même impulsion de modification qui anime Grace Neutral et la jeune coréenne, Ulyana. Ce même désir d’atteindre une forme de beauté, de s’éloigner du naturel, de corps de naissance, pour en remodeler un nouveau.
Mais alors que Grace Neutral imprime des signes sur son corps, touchant au sacrilège dans une démarche volontaire de se distinguer des normes, Ulyana cherche à conformer son corps à des modèles dominants issus de la société de consommation et du divertissement.

 


Une réflexion au sujet de « L’interdiction du tatouage en Corée du Sud »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *