Tatouage et reconstruction

Que ce soit par son action physique (inscription permanente d’encre recouvrant les surfaces  naturelles) ou par son implication métaphorique (inscription d’un motif symboliquement fort), le tatouage fait pleinement partie de processus thérapeutiques de reconstruction, physique et/ou identitaire. En voici quelques exemples qui illustrent cette fonction souvent oubliée des modifications corporelles :

 

*Benjamin Lloyd, tatoueur néo-zélandais, a décidé de proposer ses services à des enfants hospitalisés. Plutôt que des gravures permanentes, il utilise de la peinture à l’aérographe pour dessiner des motifs sur les enfants de l’hopital Starship d’Auckland.

Son projet lui est apparu après l’expérience de la perte d’un proche ; ce qui fait songer au parcours de Rick Genest, venu au tatouage après avoir souffert d’une tumeur au cerveau.

Source : www.huffingtonpost.fr/2016/05/26/tatouage-gratuit-enfants-malade_n_10139820.html

Cette visée thérapeutique du tatouage n’agit pas bien entendu de façon médicale ni mécanique sur les enfants, mais métaphorique.

*A l’inverse, le tatouage effectif fait partie des solutions possibles de reconstructions cutanées (sur cicatrices), suite à des accidents ou des opérations. Les ablations mammaires dûes aux cancers du sein font partie des processus au cours desquels le tatouage intervient, soit pour remplacer (dessin d’organes en trompe l’œil), soit pour recouvrir. Un salon du Colorado s’est spécialisé dans ce type de recouvrement.

Le cas de Leahsaghost (www.instagram.com/p/ul8KGwiCcg/) est tout aussi intéressant. Longtemps dépressive, elle s’est fait tatouer le motif de la molécule de sérotonine, substance manquant lors des pathologies dépressives.

On voit ici les vertus « magiques » du tatouage, ou du moins leur intervention dans une pensée magique.

*L’écrivain JK. Rowling, auteur de la sage Harry Potter, a également contribué à élaborer cette pensée magique autour des pouvoirs du tatouage. Prise à parti par l’une de ses lectrices sur twitter, JK. Rowling a dessiné une phrase que ladite internaute a gravé dans sa peau, cristallisant l’expurgation de ses angoisses dans la formule expecto patronum (un sortilège inventé dans la saga pour faire fuir les détraqueurs, créatures qui se nourrissent de la joie humaine pour répandre le désespoir).

Source : www.20minutes.fr/insolite/1845695-20160514-k-rowling-dessine-tatouage-realiser-reve-fan-twitter-adore

 

*Établissant une passerelle entre le sujet et le monde extérieur autour d’un nœud problématique, le tatouage se fait explication par la métaphore, parole de chair plutôt que discours incommunicable. Pour exemple, une jeune atteinte de dépigmentation (vitiligo), affection impressionnante qui change la couleur de parcelles du corps, elle s’est fait tatouer « It’s called vitiligo » à un endroit ou deux pigmentations se superposent. La couche d’encre est une troisième couleur, troisième épaisseur chromatique artificielle qui désamorce la stigmatisation pathologique.

Source : www.inkage.fr/breve/atteinte-dune-maladie-de-peau-elle-se-fait-un-tatouage-pour-denoncer-la-discrimination/?utm_content=bufferee717&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *