Anatomie d’une collection au Palais Galliera

« Quand les couturiers ne sont plus que le nom des étiquettes, les écorces nées de leurs rêves demeurent ». O. Saillard.

Le Palais Galliera sort ses collections dans une forme d’écorché anatomique afin de mettre en valeur la figure du couturier dans son ampleur d’auteur, d’instance créatrice.

Dans la première salle, ce sont des vêtements historiques, datant du XVIIè siècle et ayant appartenus à des personnalités plus ou moins illustres qui cueillent le visiteur. A chaque fois, une anecdote est donnée, balisant la lecture des tissus en leur conférant une teneur symbolique. Devenus empreintes de vies (le pantalon porté par le jeune Louis XVII en 1792 lors de la prise des Tuileries), ceux-ci apparaissent tels des reliques.

Ce sont ensuite les atours de la haute-couture et de ses ambassadrices qui investissent la seconde salle pour célébrer l’essor du couturier comme démiurge et metteur de scène des corps à partir du XXè siècle. Le surréalisme de Schiaparelli inspiré par Dali, les commandes de Balmain, l’élégance Saint-Laurent, la fascination de Mugler pour Dauphine de Jerphanion (où l’on apprend d’ailleurs que l’étoile emblématique de Mugler est la copie d’un tatouage porté sur le poignet de Dauphine) ; la relation se tisse, soulignant l’importance de la personnalité par dessus laquelle va se mouler la forme du vêtement.

De Napoléon à Georges Sand, de Marie-Antoinette à Tilda Swinton, de Louis XVII à Audrey Hepburn : les corps ayant rempli ces étoffes sont nombreux et chaque vêtement est chargé de la présence qui les a mis en mouvement et les a rendu vivants l’espace de quelques instants. A l’instar du Golem, le vêtement prend vie une vie le sceau du créateur adoubé par l’incarnation d’un corps particulier.

Cette relation vole pourtant en éclat à l’aune du troisième millénaire. Renversement critique et post-modernité, il ne reste du corps incarnant le vêtement qu’on prototype, un support offrant ses formes pour porter l’agencement des tissus. Le corps remplace la personnalité, le socle physique remplace la complicité. Le modèle s’efface : il n’est plus qu’une substance anonyme et sans visage.

De cette exploration en trois temps, l’on se rend compte que la haute-couture suit l’aversion contemporaine pour l’organique, réduisant le corps incarné à un vestige et poursuivant une quête d’indifférenciation des corporéités dans une visée unifiante, où le corps fait voeu de transparence. Du vêtement collant au corps, permettant de mettre en valeur une personnalité et traçant son sillon, l’on est passé à un vêtement dépersonnalisé, dont le corps-support n’est plus qu’un prétexte.

 

Crédits photos : parispelemele.fr ©Pierre Antoine


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *