Du corps en deux dimensions

Structure en trois dimensions, le corps s’incarne comme un volume dans l’espace, or l’industrie du vêtement ne tient pas compte de cette donnée. 

Le mannequin du podium est interchangeable, c’est un ceintre qui se rapporte à la représentation d’un corps en deux dimensions, représentable sur du papier glacé (ou sur une page internet). Le corps réel, en trois dimensions, est alors incapable de retrouver la mesure du vêtement proposé.

La « fast-fashion » (mode rapide, mode de la consommation de masse vite achetée et vite jetée) reprend cette image d’un corps plat en proposant des vêtements non adaptés aux volumes et aux formes des corps singuliers, mais focalisés sur une double représentation :

-Celle du vêtement sur le papier, mis en valeur car vendant non pas du tissus mais une image

-Celle, mise en abyme, de l’image représentée sur le papier qui va se poser sur le corps portant le vêtement en lui conférant son image fantasmée.

 

Nous soulevons là le problème de l’indaptation du tissus au corps, des tissus pensés comme image et non comme incarnation. Penser les épaisseurs revient à penser les volumes plutôt que les aplats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *