Un CAP Tatouage

Le 23 octobre 2016, durant une visite au Centre des Métiers d’Art de la Polynésie française, Madame Najat Vallaud-Belkacem rendait un avis favorable à l’établissement de quatre nouveaux certificats d’aptitude professionnelle, dont un CAP tatouage (aux côtés des le tressage, la sculpture, la gravure et le tatouage).

Personnellement, je trouve qu’un CAP « contextualisé », en l’occurrence un CAP implanté uniquement en Polynésie et relayant un art typique, ancestral, avec un savoir faire (au même titre que toutes les autres formations aux métiers d’art ultra-spécialisés) aurait son intérêt dans la conservation de cet art perçu comme un artisanat, un savoir-faire à transmettre. Ce serait acceptable à condition que ce CAP ne concerne qu’une branche spécifique du tatouage et qu’il ne soit implanté qu’en un lieu contextualisé et lié à une tradition.
Le problème étant que cette formation pourrait être étendue à la métropole, et c’est à partir de ce stade que les problématiques interviennent.

Soit, un CAP permettrait une reconnaissance officielle, qui légitimerait le statut de tatoueur comme profession avec des paliers à franchir avant de l’atteindre.
Mais l’ouverte d’un tel diplôme est une porte d’entrée pour que n’importe qui s’engouffre dans le tatouage. Or celui-ci n’est pas seulement une technique artisanale, c’est aussi une forme d’art qui, par définition, ne peut s’apprendre en quelques mois. Le diplôme ne gage pas de la qualité artistique du tatoueur.

——- Cela remet en lumière la pétition dont est à l’initiative le tatoueur Tin-Tin :

 

« En préservant le principe d’une formation libre et gratuite, le Snat défend la sélection par l’offre et la demande, le talent et la créativité. » SNAT

Pétition pour la revendication d’un statut d’artiste


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *