Personal Shopper : vivre à travers l’autre

Le dernier film d’Olivier Assayas (décembre 2016) prolonge l’axe de réflexion amorcé dans son précédent film, Sils Maria (2014):

celui de la relation entre deux femmes de notoriété inégale, sorte de modernisation du couple maître-valet transplanté dans l’univers de la culture et des mondanités (théâtre et mode).

Dans ce deux films, Kristen Stewart occupe le rôle de la servante (1), jeune femme à le vie est dédiée à la personnalité dont elle prend soin. Elle n’existe qu’à travers elle, ses journées lui sont consacrées dans un volume horaire engloutissant toute possibilité d’une vie personnelle à côté. Annihilation de soi dans l’autre, transplantation de soi dans l’autre : Assayas nous parle ici d’incarnation et de personnage toujours hanté par une altérité.
A différents niveaux, Personal Shopper est donc un film de fantôme. Maureen, cette assistante jouée par K. Stewart, vient de perdre son frère jumeau. Tous deux souffrent d’une malformation du coeur ainsi que de capacités médiumniques. Après sa mort, celle-ci attend donc une signe de lui.
En parallèle, Maureen est harcelée par un numéro inconnu qui lui envoie des messages relatifs à sa vie privée. Messages qu’elle interprète comme manifestation numérique de son frère. L’utilisation du média numérique infuse l’écran et donne lieu à des scènes d’angoisse millimétrée (Maureen retirant le mode avion de son portable et découvrant une suite de menaces se rapprochant -« je t’attends »-« je serai chez toi dans 15 minutes »-« je suis en bas de ton immeuble »-« je monte les escaliers »-« je suis à ta porte » »).
Maureen est un personnage assailli, un personnage de la sur-présence. Assaillie de ces présences, elle-même n’est plus rien, perdue entre les êtres auxquels elle se dévoue. Pour exister, elle cherche l’adrénaline que lui procure l’essayage interdit des vêtements que porte le mannequin pour lequel elle travaille. Seule, dans l’appartement luxueux qui n’est pas le sien, elle parcourt les étals de vêtements avant d’en choisir et de les revêtir. devenir autre à travers les vêtements de l’autre.

Qu’est ce que l’absence, qu’est ce que la présence, à travers quoi se matérialisent ces deux glissements de l’existence ? La disparition, l’absence sont des formes de sur-présences, des présences malades.Maureen trouve un réconfort à travers l’incarnation du tissus. S’oublier sous l’épaisseur de vêtements qui ne lui appartiennent pas lui donne une identité qui palpite par l’interdit. La recherche de l’autre est une recherche de soi face au regard des autres.

(1) Le mythe de la servante renvoie à une tradition qui transfère le personnage du valet au féminin, impliquant des axes de réflexion sur le gender et le subaltern studies. Voir Gayatri Chakravorty Spivak, Can the Subaltern Speak ?

personal shopper


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *