Tale of Tales. Précis de l’écorchée vive.

Matteo Garrone adapte dans ce film trois contes issus du Pentameron de Giambatista Basile. Trois histoires décadentes qui travaillent la chair, la matière organique dans toute sa trivialité et le dégoût qu’elle peut susciter.

Dans le premier, une reine qui ne peut avoir d’enfant mange le coeur dégoulinant de sang d’un monstre marin afin de tomber enceinte.

Dans le deuxième, un roi nourrit une puce, l’élève jusqu’à ce qu’elle s’emplisse, grossisse et meurt. Il en conserve une peau immense sur laquelle il fonde l’épreuve qui déterminera le prétendant de sa fille. Un ogre vaincra le défi et emportera la princesse.

Le troisième met en scène un roi lubrique attiré par la voix cristalline d’une – supposée-  jeune fille dont il ne voit que la silhouette drapée. En réalité, ce sont deux vieilles soeurs, âgées et ridées, qui sont dôtées d’une voix juvénile.

C’est ce troisième conte qui est riche d’une exposition de peau, une peau fêlée, ridée,  peau de fardeau.

Le roi se dirige vers le lieu où la voix cristalline a résonné, il frappe, la voix lui répond mais ne daigne pas se montrer. Le fétichisme permettra de pallier à cette insatisfaction de la pulsion scopique : l’une des soeurs présente son doigt par la porte, seule parcelle de son corps non marquée par les stries de l’âge. C’est la cécité qui survient comme résolution du problème. Pour ne pas montrer le tout, la partie fait office d’objet transitionnel.

Tale-of-tales

Qu’est ce qui dévoile les stigmates du temps et la flétrissure des années ? La peau. Ne pas montrer la peau laisse le flou d’une temporalité indéterminée.

Pour assouvir ses inclinations, la vieille femme dit au roi qu’elle le retrouvera dans ses appartements à la nuit tombée afin de rester hors de sa vue.

On assiste à une scène de recollement, de chirurgie plastique artisanale : la vieille femme tire sa peau distendue et tombante pour la coller et ainsi la lisser, l’étirer, la plier comme on plierait un papier pour en extraire une nouvelle forme, un origami de chair.

Qu’est ce que cela signifie ? Que le toucher seul est mensonger.

Au réveil, le roi découvre dans la stupeur le visage sillonné de rides de la femme à ses côtés. Il la jette par la fenêtre. Après sa chute, celle-ci est rattrapée par une sorcière qui lui donne une nouvelle peau et une nouvelle chevelure. Un nouveau corps lisse et plein se substitue aux plissements. Le roi passant par là, il tombe immédiatement en admiration de cette femme à l’apparence si juvénile.

ToT3

L’autre soeur, restée dans sa peau de vieillesse, apprend le tour de magie et jalouse le succès de sa soeur.

Tale of Tales - Le Conte des Contes -

Quelle recette, quel tour de magie pourra la transformer elle aussi, lui donner une autre peau ?

Rendue folle par cette peau fripée insupportable, elle demande qu’on l’écorche. Partie dans la forêt avec un barbier, elle en revient ensanglantée, écorchée vive mais départie de cette peau de vieillesse.

Source : GARRONE, Matteo, Tale of Tales, Italie, Le Pacte, 2015, 125 minutes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *