Enquête sur un acte de l’irréversible

Paru dans le numéro juillet/août 2014, le dossier rédigé par Alexandre Lacroix dans philosophie magazine (p. 28-35) propose une interprétation du tatouage juste et évolutive. Un véritable changement de vision s’opère entre le début – regard incompréhensif et négativement fasciné  – et la conclusion de la réflexion.

Entre ces deux pôles, une enquête, à la fois théorique, historique, sociologique. Mais surtout des entretiens avec tatoueurs et tatoués éclairant la perception du tatouage de l’intérieur. Le tatouage fait partie de ces pratiques que seule l’expérience peut éclairer, ce qui est attesté par le changement de regard opéré par Alexandre Lacroix après l’assimilation des propos recueillis.

Débutant sur un constat ironique et consensuel -la prolifération des corps dénudés et tatoués au soleil, sur la plage ; association facile entre tatouage et exhibitionnisme narcissique ; vision d’images ridicules prêtant à la moquerie- l’auteur s’empresse de se départir de cet horizon réducteur pour dresser un historique synthétique mais pertinent de la pratique (dont le point de départ est Ötzi, ce chasseur porteur de 57 tatouages et âgé de 4500 ans). Alexandre Lacroix souligne le manque d’analyses en provenance des sciences humaines sur le tatouage, ce que nous ne pouvons qu’acquiescer. La parole est rapidement donnée à l’iconique Tin-Tin qui critique le tatouage en tant que mode, reproduction de signes inscrits sur les célébrités. Une nouvelle Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1) en quelque sorte. Les tatouages des stars sont copiés, assimilés ; celui qui agit ainsi cherche à se doter d’une aura, croyant sortir de l’ombre de l’anonymat – en vain. Ce sont les « véritables » tatoués auxquels Tin-Tin cédera sa place, ceux qui revendiquent une démarche personnelle, intime, de longue haleine. Une entreprise mesurable à l’aune des années passées, située dans une perspective réflexive prenant pour objet son propre corps. Alexandre Lacroix utilise le mot valise « autobio-iconographie » pour exprimer cette perspective narrative et introspective du tatouage. L’inscription se fait – directement ou indirectement, par le biais d’images symbolique et indéchiffrables ou par des un registre figuratif – récit de soi. L’accent est porté sur l’addiction qui pousse à s’engager dans un processus infini – jusqu’à la perte du support, jusqu’à la disparition du corps. Le tatouage comme lien à son propre passé mais aussi comme projection dans ce qui n’est pas encore, le futur, et qui forcément touche à la finitude. « Les signes tégumentaires sont souvent envisagés par ceux qui les portent comme une sorte d’interface avec le monde des morts », à la fois approche et conjuration, contact et rejet dans l’acte de se sentir vivant par la sensation du toucher . Même le tatouage « instantané », fait sur un coup de tête, rentre dans cet horizon, visant à rendre un instant immortel, à contrecarrer la fuite du temps. Pour ceux qui à ce stade seraient convaincus que le tatouage ne résulteraient que d’une quête identitaire adolescente à la découverte de soi, de ses limites ou exploration d’un passé traumatique, Julie Mazaleigue-Labaste – docteure en philosophie, tatouée par Léon Lam – souligne l’importance esthétique du tatouage épuré jouant avec les vides et les pleins, visant à « magnifier la surface de la peau, lui donner une dimension esthétique qu’elle ne saurait avoir par elle-même ». Le point focal se trouve là, dans le manque que vient combler le tatouage ; c’est sur cette ligne de lecture qu’Alexandre Lacroix conclura le dossier. Comment expliquer le tatouage, technique artistique « pratiquée sur les cinq continents et dans toutes les civilisations » ?

Au fil des témoignages, un axe principal s’est dégagé, ce jeu avec le vide justement, vide sur la peau à combler, vide d’un temps qui file sans être maîtrisé. Alors que la modernité n’est que changement, instabilité, accélération – gagner du temps, ne pas s’arrêter, ne jamais perdre de temps, ne jamais s’ennuyer, trépidance des rythmes de travail – le tatouage se fait une incarnation d’ancrage fixe et immuable. Rempart contre la fuite d’un temps subi, il est « un symbole qui ne survit pas à son support, mais il tient aussi longtemps que l’être humain ». Grille de lecture forte qui voit dans le tatouage une forme de résistance et de salvation. L’inscription tégumentaire agit comme un réconfort qui assure à l’individu une continuité, une persistance à travers le temps, une coïncidence avec soi-même en dépit des mutations.

~Clémence Mesnier

 

(1) : Texte rédigé par Walter Benjamin en 1935 dans lequel la spécificité des œuvres d’art modernes est interrogée sous le prisme de « l’aura », « apparition unique d’un lointain, aussi proche soit-il ». Les œuvres modernes, parce qu’elles peuvent être reproduites, copiées massivement, perdent cette aura. Le rituel n’a plus de sens, l’œuvre ne se situe plus hic et nunc mais partout et à chaque instant. L’original n’a plus de valeur puisque l’unicité est destituée au profit de la reproduction sérielle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.