Exposition au Quai Branly : Tatoueurs, Tatoués

Parce que celle-ci joue les prolongements et rencontre un succès inattendu, l’exposition Tatoueurs Tatoués ayant lieu au Quai Branly mérite que l’on revienne sur elle.

Grande première pour la pratique artistique, première institutionnalisation, mouvement de reconnaissance par les instances culturelles faisant figure d’autorité : le tatouage fait sa grande entrée au musée. Riche, visant et atteignant -presque- l’exhaustivité, l’histoire du tatouage est retracée à travers les perspectives spatiales et temporelles. Nos pas nous guident jusqu’à la mezzanine du musée du Quai Branly, lieu adéquat, ambiance obscure très éloignée des salles gigantesques et limpides auxquelles les centres d’art modernes nous ont habitués. L’espace de déambulation est restreint et serpente en cercle, respectant un ordre chronologique. Le panneau inaugural annonce le programme et son centre névralgique : « dès le XIXè siècle, en Europe, le tatouage, désormais volontaire, devient le langage souterrain d’un kaléidoscope d’individualités rassemblées autour d’une pratique défiant la généralisation et revendiquant sa marginalisation ». C’est le XIXè siècle et ses sideshows et dime-museums(1) sur lequel les commissaires portent leur regard. En effet, ceux-ci, Anne et Julien, dirigent Hey ! Modern art & pop-culture, revue avant-gardiste et underground explorant les marges de l’art contemporain en s’appuyant sur tous types de médiums dont l’enjeu principal est la « capacité à relier (2) ». Avec les cirques ambulants le tatouage deviendra matière à spectacle, ce sur quoi l’exposition insiste et qui en constitue son cœur. Le spectacle, « cercle à l’excentricité spectaculaire » indique la note liminaire de l’exposition, marque socialement l’individu en lui assignant un statut au sein de la communauté humaine fondée sur le consensus. Parmi les points forts de cette visite nous retiendrons la multiplicité d’objets liés au tatouages : outils, pics, brosses, encriers, pigments, mallette, manuscrit d’apprenti tatoueur, viennent compléter les photographies. Des crânes, des statuettes, des outils en provenance de Polynésie initient le parcours. Ce sont rapidement des peaux humaines qui prennent le relais, au risque de dégoûter le visiteur en lui rappelant qu’il est réductible au cuir de sa peau, enveloppe vidée de sa substance.

Une carte des peuples tatoués se révèle fort judicieuse (à un point coloré, un peuple utilisant des techniques de gravure corporelle) : l’Océanie, l’Asie concentrent la majorité des agglomérats ; l’ Amérique et l’Afrique en recèlent de façon plus éparse en raison de leur superficie étendue. A l’inverse, l’Europe présente un grand vide -si l’on excepte la Russie. Aucune analyse ne vient malheureusement expliciter et donner une légende à cette carte, seul le constat est établi – un manque auquel il faudra remédier dans de futurs travaux.

Un autre reproche concerne le manque de renseignements à propos de photographies représentant des scarifications : il eut été judicieux de distinguer les deux pratiques de modifications corporelles, l’une se fondant sur la coupure et le relief (scarification), l’autre sur le rajout intérieur (tatouage).

Jusqu’au XIXè siècle cette rétrospective du tatouage insiste donc sur l’aspect ethnologique avant de se centrer sur le tatouage carcéral, à propos duquel la criminologie a œuvré. Le mécanisme d’une machine de tatouage sauvage (sauvage car réalisé par des non-professionnels) est observable : un stylo bic, une batterie de walkman suffisent. Lacassagne (1843-1924), précurseur en France de cette discipline alors naissante, a consacré une étude aux détenus tatoués. Le manuscrit original (constitué de portraits dont le commentaire décline l’identité du tatoué) est exposé non loin des travaux menés par Danzig Baldaev et Sergei Vasiliev, plus tardifs, qui ont effectué un archivage des motifs portés par les prisonniers russes. Jouxtant cette partie carcérale, les sideshows sont mis à découverts et constituent le centre de cette exposition. Cabinets de curiosité ambulants, il s’agit d’exhiber un spectacle de chair, les phénomènes anatomiques qui fascinent et repoussent les spectateurs. Ces attractions corporelles extrêmes trouvent leur postérité avec Rick Genest (son corps est intégralement tatoué afin de le transformer en cadavre vivant) ou Lizard man, dont les portraits sont projetés en vidéos. A travers ceux-ci le tatouage est associé aux outsiders(3), à la déviance sociale car le tatoué intégral ne correspond pas au consensus. Sideshows et milieu carcéral sont complémentaires, donnant une perspective transversale à la pratique du tatouage qui se développe dans les marges de diverses sphères géographiques durant le même période.

Les pays berceaux du tatouage sont pris ensuite pour cible historique. Au Japon, l’accent est mis sur les liens entre théâtre et tatouage ; en Thaïlande sur le caractère sacré et incantatoire ; en Amérique sur la réinvention du style japonais ; tandis qu’en Europe c’est la volonté de légitimation du tatouage qui est soulignée avec la revendication du statut de tattoo artist par Suther MacDonald, le premier à se revendiquer sous ce titre sur sa carte de visite.

Le parcours s’achève sur les voies qu’empruntent actuellement le tatouage, c’est-à-dire la prolongation d’une tradition figurative (avec des artistes tel que Guy le Tattooer) et celle de la veine graphique, inspirée des nouveaux médiums artistiques (manga, cinéma, design, sérigraphie, jeux avec les polices), avec notamment Kostek, Yan Black ou Musa.

Trois partis-pris attirent notre attention. Le premier consiste à agrémenter la visite par une galerie de « volumes », des moulages en silicone reproduisant des membres de corps humains sur lesquels des tatoueurs contemporains aux nationalités et styles divergents ont œuvré (Yan Black -français installé à Montréal, le côté graphique-, Tin-Tin -français, le old school-, Horiyoshi III -la tradition japonaise-, Filip Leu -suisse, les pièces corporelles intégrales issues d’un apprentissage japonais-, Jack Rudy, Xed LeHead -américain, style géométrique-, Chimé -Polynésie-). En effet, le panorama s’achève sur l’actualité du tatouage, ne se limitant pas à une rétrospective. La rétrospective seule eut été figeante ; l’ouverture sur le tatouage contemporain, surtout dans un musée national comme le Quai Branly, témoigne de la postérité du tatouage qui demeure une terre d’exploration. Il reste encore beaucoup à écrire à son propos.

Le second parti-pris souligne le lien entre tatouage et spectacle, tatouage et théâtre pris dans un sens de mise en scène du corps et de jeu sur le masque. A travers les sideshows et la tradition japonaise (dans laquelle ce sont les costumes de scène qui imitent des tatouages) c’est un tableau spectaculaire caché et marginal qui se dévoile.

Enfin, et c’est là le point culminant, des toiles issues de la peinture classique sont exposés. Nous découvrons ainsi que Gustave Moreau, dans son étude pour Salomé, a conçu cette dernière comme une icône tatouée représentant à la fois la grâce et la déliquescence.

etude_daprees_le_modeele_pour13727

A ses cotés, Pieter Franz de Grebber et ses Jeunes gens s’apprêtant à souffler sur des bulles de savon, autrefois appelé La Leçon de Tatouage (pourquoi ce changement de dénomination ? Une raison ou une hypothèse aurait été bienvenue).

grebber-5c2a2

Ce rapprochement entre tatouage et peinture -chef d’œuvre de la peinture pouvons nous même écrire avec Salomé– réhabilite le tatouage dans l’histoire de l’art en l’érigeant comme thème de scènes visant à décliner une symbolique de la décadence.

Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est que du chemin reste à parcourir avant l’acceptation du tatouage en tant que forme artistique en soi. Le simple fait de devoir consacrer une exposition temporaire à un art en général est la preuve de cette latence – on ne songerait pas à accorder une exposition à « la peinture à travers le temps et les continents ». Alors que les autres médiums parviennent à un stade de reconnaissance institutionnelle tels qu’ils sont étudiés sous l’angle de la spécialisation – par exemple le médium récent de la vidéo est déjà parvenu à ce stade de la spécialisation, regardons l’exposition consacrée au vidéaste Bill Viola au Grand Palais – il serait pour l’instant impensable de dédier une rétrospective à un tatoueur, une technique ou une mouvance graphique du tatouage en particulier. Déni, marginalité restent des termes associés à cette forme d’art tégumentaire.

~Clémence Mesnier

(1) D’après Alan Govenar, « Le Sideshow« , in Tatoueurs, Tatoués, Paris, Actes Sud, 2014, p. 56-62. Le sideshow concerne les phénomènes de foire, l’univers de la fête foraine ; les dime-museums sont les équivalents urbains de ces foires ambulantes, dont l’entrée ne coutait que 10 cents.

(2) Disponible sur  http://www.heyheyhey.fr/fr/la-revue

(3) Pour approfondir ce concept, se reporter à BECKER, Howard, Outsiders, studies in the sociology of deviance, Glencoe, Free Press of Glencoe, 1863. Traduit aux éditions Métailié, Études de sociologie de la déviance, 1985.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.