Encres polémiques. Responsabilité et bio-pouvoir.

A la fin de l’année 2013 une polémique a secoué le monde du tatouage, visant à l’interdire l’usage de cinquante neuf nuances d’encres de couleur.

Ceci a pour conséquence de diminuer le champ des possibles offerts aux tatoueurs – la palette amoindrie limite les jeux chromiques, restreint à l’usage canonique des noir/gris et installe une sinistrose quant à l’opinion générale concernant les tatouages en insinuant leur dangerosité. Aucun test n’a encore prouvé le caractère cancérigène des encres, seules quelques réactions allergiques ont pu se déclarer, notamment avec les pigments rouges. Objectivement, aucune preuve ne vient soutenir cette mesure d’interdiction.

Au-delà des problèmes suscités techniquement pour la profession, ce sont des préoccupations politiques et éthiques qui sont sont soulevées.

Par définition, un tatouage est une intrusion sous-cutanée, une coupure dans laquelle sont introduits des éléments étrangers au corps humain : il s’agit du franchissement de la barrière protectrice de la peau. En conséquence un risque potentiel d’infection est toujours présent – tout comme un risque potentiel reste en arrière fond pour n’importe quelle opération chirurgicale  -, dont le candidat au tatouage doit être conscient. Le choix d’un acte comportant une éventuelle dangerosité résulte de l’individu qui agit en connaissance de cause : personne n’est obligé d’être tatoué, c’est un acte qui a longuement mûri avant d’être concrétisé. Le fumeur sait que la nicotine est hautement toxique et cancérigène : il en résulte de sa responsabilité individuelle. En se tatouant, le sujet a conscience des risques hypothétiques encourus  – le risque zéro étant un leurre. Interdire les encres sous prétexte qu’elles sont susceptibles de se révéler cancérigène revient à ôter au sujet sa responsabilité en supprimant des alternatives. Le choix est clôs. En agissant de la sorte l’état agit sur les corps pour les juguler indirectement, en restreignant leur champ d’action. Par bio-pouvoir, Michel Foucault parle d’un pouvoir sur la vie et la mort dont dispose l’état, prenant deux formes et concernant deux aspects de la corporéité. Le premier agit sur le corps-espèce, le corps biologique, génétique et sa conséquence directe qu’est la démographie. Le second agit sur le corps-machine , la discipline de ses capacités, son utilité et sa docilité. L’interdiction des encres pencherait vers cette seconde catégorie, visant à unifier les corps, les dé-singulariser. Ôter aux artistes-tatoueurs leur outil de travail, c’est également une façon de stranguler leur moyen d’expression. Cette mesure, si futile puisse t-elle paraître aux néophytes, relevait donc d’une privation de liberté, liberté d’expression et liberté de disposition des corps. « Le droit de se faire tatouer est un droit individuel qui ne peut faire l’objet d’aucune interdiction ni limitation (1) ». De l’écho de l’anodin comme vertige…

~Clémence Mesnier

(1) CARUCHET, William, Le Tatouage ou Le Corps sans Honte, Paris, Nouvelles éditions Séguier, 1995, p. 255.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.