Cloakroom, vestiaire obligatoire. Performance de Tilda Swinton et Olivier Saillard.

Pour la troisième année consécutive dans le cadre du festival d’automne à Paris, Olivier Saillard – directeur du palais Galliera – et Tilda Swinton – artiste complète, accomplie, connue en tant que comédienne – ont élaboré de concert une performance autour du vêtement, après The Impossible Wardrobe en 2012 – autour du vêtement comme relique, conservé mais jamais porté, muséifié – et Eternity Dress en 2013 – la création d’une pièce unique face au déferlement du prêt-à-porter/prêt-à-jeter. 

A chaque fois Olivier Saillard et Tilda Swinton sont au cœur du dispositif scénique, elle au centre, lui en assistant.

Rien à voir avec la peau ? C’est pourtant toute la question de l’incarnation qui, justement, s’incarne ici. Le vêtement est une seconde peau, membrane protectrice, écran sur lequel projeter un masque de soi. Tout à la fois prolongement et déguisement, dialectique du caché/dévoilé. Le vêtement me révèle mais il fait également office de rempart. Dans Le manteau de Greta Garbo, Nelly Kaprièlian porte la pièce comme une gangue protectrice, une forteresse , « un système de protection »(1). Porter un vêtement revient à incorporer sa symbolique, à s’approprier ses propriétés, à recevoir l’histoire de ce vêtement. Il y a toujours une transmission.

Nous entrons dans la salle du palais Galliera, prenons place, assis. Devant nous se tiennent Tilda Swinton (dans la sobriété d’une robe noire et d’escarpins vertigineux) ainsi qu’Olivier Saillard, en retrait. Des cintres sont alignés. Une table au milieu de la pièce, derrière laquelle Tilda se tient. On nous annonce que les spectateurs volontaires peuvent déposer l’un de leurs atours auprès de Tilda, qui joue ici le rôle de gardienne du vestiaire. Sans précipitation, dans un silence monacal, je tente l’expérience (par rapport au nombre de spectateurs, les volontaires ne sont pas légion). Nous passons un à un, devant avancer dans la lumière jusqu’à elle pour lui confier une partie de nous.

Laisser un vêtement au vestiaire, c’est donc abandonner une partie de soi. A Tilda Swinton. Le « confier » est une question de confiance. En lèguant l’un de nos atours l’on doit s’en remettre à celui qui réceptionne. Il y a une forme d’échange qui s’instaure : je te donne une partie de moi, en échange tu devras en prendre soin.

Tilda Swinton prend les premiers vêtements qui lui sont apportés, les plie, leur appose un numéro. Au fur et à mesure, elle interagit de plus en plus, les tâte, met sa tête à l’intérieur, les hume, fouille les poches. On la voit murmurer aux tissus. Elle se couche sur le vêtement, l’amène à l’extrémité de la table, au bord du vide. A chaque vêtement/personne, Tilda Swinton réagit différemment. Exercice d’improvisation et de réaction. Une musique vient rythmer la performance – musique d’ambiance composée de basses proches de la bande originale du film Only Lovers Left Alive. La performance s’intensifie. Tilda Swinton lèche un anorak, se cache sous la table à l’abri de l’habit, s’entoure d’une écharpe et fait le tour de la salle en lui parlant.

tilda-cloakroom-1

Que se passe t-il dans cette zone transitoire et éphémère que constitue le vestiaire ? Que deviennent nos vêtements lorsqu’ils ne sont pas portés ? Telle une mue, une peau morte, ils sont la preuve de ce qui a été, de ce que l’on a été. Un substrat d’existence.

La comédienne commence à respirer fortement, épaules en dehors lors de l’inspiration et en dedans lors de l’expiration. A ses côtés, Olivier Saillard s’est emparé d’un blazer qu’il tient à chaque épaule, faisant reproduire au vêtement les mouvements que Tilda Swinton est en train d’effectuer. La veste devient une marionnette. Étrange spectacle que ces deux formes côte-à-cote prises dans une danse mimétique. D’un côté le corps de chair, corps plein et organique de l’actrice. De l’autre la veste, coquille vide. Puis Olivier Saillard fait revêtir le blazer à Tilda Swinton, qui continue ce qu’on peut nommer une « chorégraphie respiratoire », mais c’est maintenant son corps qui anime la veste et non plus une intervention externe.

Qu’est ce qu’habiter un vêtement ? Durant cette performance nous voyons nos effets être personnifiés. Tilda Swinton leur parle, les caresse. Le vêtement est un intermédiaire entre l’actrice et le public. C’est l’expérience du dépôt d’un fragment vestimentaire de soi qui fait ressentir ce questionnement. Il faut le vivre pour prendre conscience de cet acte a priori anodin qu’est le fait de laisser un vêtement et qui revient à délaisser et se délester de soi. Le vêtement est métonymie ; c’est seulement par la mise en lumière du dépôt, en ritualisant ce geste de confiance/confidence que sa portée symbolique peut être ressentie. En voyant mon manteau exposé sous les projecteurs, c’était comme un membre de moi-même que j’avais délaissé, comme si si c’était moi, qui, à travers ce manteau, était exhibée.

Tida Swinton accueille avec un sourire bienveillant. Je tends mon manteau, elle le prend et me donne un ticket avec le numéro du vestiaire. Je regagne ma place, mon manteau est entre ses mains. Elle s’en empare et le revêtit à l’envers, passe ses bras dedans, le dos du manteau du côté face de son propre corps, l’enserre entre cajolerie et camisole. Elle le repose sur la table puis saisit le bout d’une manche et la garde dans sa paume comme pour prendre son pouls.

katerina 9_1026_770_resize_90

Il y a une forte émotion à se séparer de cette peau qu’est le vêtement. Que laisse-t-on lorsqu’on laisse une pièce à la comédienne ? Laisse-t-on seulement un affublement ou abandonne-t-on une étoffe hantée ? Voir une autre personne incarner ce que l’on s’est approprié (et qui n’est pourtant « qu’un » bout de tissus) devant des dizaines d’autres spectateurs est une expérience qui interroge la notion d’intimité.

La performance prend de l’intensité. Les pièces déposées sont maintenant parfumées, des morceaux de lettres cachés dans les poches, des fleurs déposées dans les cols. Tilda Swinton met du rouge à lèvre, embrasse un mouchoir puis le cache dans un des sacs déposés.

Où cessent les limites corporelles ? A la peau, aux couches superposées de tissus dont nous nous recouvrons ? La partie pour le tout, le tout pour la partie ; personne et vêtement s’enchevêtrent étroitement, ce dernier constituant  » le testament de ce que [l’individu] fut intimement » (2).

10808445_1514738782146241_1506269327_a

~Clémence Mesnier

(1) KAPRIELIAN, Nelly, Le manteau de Greta Garbo, Paris, Grasset, 2014.

(2) Ibid., p. 9.

Crédits photos par ordre d’apparition : hgissur, imagagency, Katerina Jebb et Clémence Mesnier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.