Criminologie au XIXè.

La criminologie est une discipline qui s’est développée au XIXè siècle, époque durant laquelle le tatouage a lui également connu son essor parmi les marges de la société. Les premiers criminologues s’intéressent rapidement à cette pratique, établissant un lien entre tatouage et criminalité.

En Italie, Cesare Lombroso, dans son investigation L’Homme criminel, consacre un chapitre -Du tatouage chez les criminels- de sa troisième partie « Biologie et psychologie du criminel-né » pour développer la réciprocité entre tatouage et identité criminelle. « On dirait que le criminel pressent sa mauvaise destinée, et qu’il a hâte d’en inscrire l’expression sur son corps ». Cette phrase est empreinte de déterminisme : l’homme qui se tatoue se stigmatise lui-même comme pour extérioser une nature délictuelle.

Dix causes déclinent les motivations du délinquant pour se tatouer :

1- La religion -ceux qui croient « en se gravant son image sur leur propre chair, lui donner [à dieu]      une preuve, un témoignage éclatant de leur amour »

2- L’esprit d’imitation

3- La vengeance -graver sa haine

4- L’oisiveté

5- La vanité -montrer que l’on supporte la douleur

6- L’esprit de secte

7- Les nobles passions -quand un parent décède

8- Exprimer des idées

9- La nudité -un besoin de se parer

10- L’atavisme

Le tatouage criminel est précoce, multiple, associatif (faire partie d’un clan ) et obscène, résultant d’ « un manque absolu de pudeur ». L’homme tatoué peut, avec une telle étude, devenir un bouc-émissaire.

Ce ne sont pas seulement les hommes qui sont désignés par Lombroso, mais aussi les femmes, qui, si elles portent des inscriptions, sont criminelles, folles – « les folles tatouées seraient en plus grand nombre » ou prostituées. Les figures se répètent sans variation,des initiales ou des symboles, le tatouage figuratif étant associé à des fins pornographiques  « ce sont particulièrement les jeunes prostituées appartenant aux plus basses classes qui se font tatouer », « chez les prostituées, les tatouées étaient les plus vicieuse et les plus dégradées, elles seules avaient des tatouages sur les parties couvertes du corps (2)». Le discours est assassin, sachant que les prostituées subissent leur marques qui leur sont imposées par les proxénètes (afin qu’elles soient stigmatisées et ne puissent échapper à leur condition) ou par des clients possessifs.

En France, Alexandre Lacassagne, dont les travaux sont conservés à Lyon, a répertorié les information suivantes à propos de chaque détenu tatoué  :

-état civil

-profession

-niveau d’instruction

et à propos de ses tatouages :

-date

-procédé

-durée/nombre de séances

-tatoueur

-coloration

Son manuscrit, exposé au Quai Branly, fait correspondre une photographie de l’individu avec cette fiche identitaire, à la fin de laquelle le critère « moralité du tatoué » est complété. Une nouvelle fois c’est un lien de causalité entre tatouage et inclination à la délinquance qui est visé.

(1)LOMBROSO, Cesare, L’Uomo delinquente (1878). Traduit de l’italien par M.M Régnier et Bournet, L’Homme Criminel, Paris, Felix Alcan Editeur, 1887, p. 257-289.

(2)LOMBROSO, Cesare, La Donna delinquente, la prostituta e la donna normale (1895). Traduit de l’italien par Louise Meille, Paris, Félix Alcan éditeur, 1896. Réédité aux éditions Jérome Millon, Paris, 1991.

[NB ] Criminalité et tatouage en Russie.

Du coté russe nous retrouvons le lien entre criminalité et tatouage à un niveau encore plus développé. En effet, si dans la vieille Europe le tatouage se situe à un niveau individuel, il constitue un alphabet symbolique codifié, tout d’abord imposé imposé aux détenus. Pour plus de renseignements, on vous recommandera la lecture du témoignage Urkas ! de Nikolaï Lilin :

81HL9QgsJtL


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *