Encres en vogue

Le tatouage a minima se résume à deux objets : une aiguille et un flacon d’encre.

Les premières formes d’inscriptions tégumentaires ont été réalisées par la réappropriation d’éléments naturels (dents de requins, tiges de bois en guise d’outil ; pigments d’ocre ou charbon en guise de colorant) avant de se sophistiquer, atteignant sa maturité avec le dermographe élaboré par Samuel O’Reilly en 1891. Fonctionnant grâce à un moteur électrique, elle produit des impulsions qui font monter et descendre les aiguilles, permettant d’augmenter la vitesse de piquage -et par conséquent d’accélérer la réalisation de la pièce tout en diminuant la douleur.

Le second composant, l’encre, a été l’objet de polémiques.

Alors que nous ne connaissons pas encore le composition exacte de toutes les encres sur le marché, d’autres substances connaissent un engouement : les encres blanches et fluorescentes.

Les premières, plus épaisses que la moyenne, pénètrent avec plus de difficulté dans la peau et suscitent une douleur un peu plus élevée. Leur résultat est proche d’un scarification, donnant l’impression d’une peau en relief, présentant volumes et modulations. C’est un phénomène de sculpture de la chaire qui est ici mis en valeur, soulignant la matérialité de cet art. A l’image des implants sous cutanées, l’encre blanche rehausse la peau, l’incurve. Non seulement l’adjonction est visible, mais elle est aussi palpable.

La seconde émulation actuelle concerne les encres fluorescentes, visibles uniquement dans l’obscurité (de jour, les endroits de la peau tatouée semblent seulement plus clairs). Il s’agit de rajouter encore un degré au jeu du visible/caché, dans lequel le corps est vécu comme un jeu de piste sur lequel débusquer des traces. Le caché fascine, et c’est en effet avec la fascination que compose le tatouage. A la dissimulation du vêtement, la tatouage fluorescent rajoute la dissimulation de la lumière solaire. Bien entendu, a côté de cette interprétation nous pouvons aussi appuyer la superficialité d’un tatouage fluorescent qui ne sera visible qu’en contexte « festif » (lumière noire des boites de nuit). Cette encre que nous pouvons qualifier de « nocturne » car ne se révélant que dans l’obscurité nous amène à une association entre tatouage et ténèbres, tatouage et univers de la nuit. La nuit est ici à saisir dans le sens des acteurs nocturnes (monde interlope, underground, imperceptible dans le contexte diurne des conventions sociales, marginal) ainsi qu’au sens métaphorique : le tatouage est révélateur d’une part obscure de la personne, à contre-courant, à contre-nature, acte d’un engagement éternel. L’encre est bile noire, angoisse et tremblement existentiel que la nuit révèle. La déesse égyptienne Nout avale chaque nuit le soleil avant de le restituer pour engendrer le jour. Son corps est parsemé de tatouages étoilés puisqu’il constitue la voûte céleste. Le tatouage est une inscription intégrée à la nuit et qui en constitue son essence dans la mythologie égyptienne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.